L'histoire de

Tahiti Et Ses Îles

Histoire

L’histoire de Tahiti Et Ses Îles est riche et fascinante. Vers 4000 avant J.-C. une migration a débuté depuis l’Asie du Sud-Est, les premiers colons ont traversé l’immense océan pour explorer les îles du Pacifique. Les premiers migrants se sont installés aux îles Tonga et les Samoa vers 1300 avant J.C. Plus tard, les Tahitiens ont lancé des voyages de colonisation vers les Îles Marquises vers 200 avant J.-C.

Au cours des siècles qui suivirent, le reste de Tahiti Et Ses Îles a été colonisé ainsi que le reste du Pacifique Sud. Cette zone est appelée « Triangle polynésien », elle s’étend d’Hawaï au Nord, l’île de Pâques au Sud-Est et la Nouvelle-Zélande au Sud-Ouest. Suite à ces migrations, les natifs tahitiens, les Hawaïens et les Maoris de Nouvelle-Zélande partagent tous des ancêtres communs et parlent une langue similaire connue sous le nom de Ma’ohi.

Un aperçu de notre histoire

JUILLET 2017
LE MARAE TAPUTAPUATEA EST INSCRIT AU PATRIMOINE MONDIAL DE L'UNESCO
1521
MAGELLAN DECOUVRE LES ÎLES TUAMOTU
1967
BERCEAU DES BUNGALOWS SUR PILOTIS

La conquête européenne de Tahiti

L’ère de l’exploration européenne a commencé dans les années 1500 lorsque les navires ont commencé à arriver. En 1521, Magellan repère l’atoll de Pukapuka situé aux Îles Tuamotu et en 1595, l’explorateur espagnol Mendaña visite l’île de Fatu Hiva aux Îles Marquises. Plus de 170 ans plus tard, Samuel Wallis, capitaine de la frégate anglaise du HMS Dolphin, est le premier européen à fouler le sol de Tahiti lors de son voyage sur les traces de Terra Australis Incognita, un continent mythique situé en-dessous de l’équateur et qui servait à équilibrer l’hémisphère Nord. Wallis a baptisé Tahiti, « l’île du Roi Georges III » proclamant que l’île appartient désormais à l’Angleterre. Peu de temps après, et inconscient de l’arrivée de Wallis, le navigateur français Louis-Antoine de Bougainville débarque sur le côté opposé de Tahiti et revendique que le territoire revient au Roi de France.

La fascination européenne pour Tahiti Et Ses Îles culmine à cette époque entre les nouvelles rapportant la mutinerie de l’équipage du capitaine William Bligh à bord du HMS Bounty et les contes qui relatent la beauté et la grâce du peuple tahitien. La fascination pour Tahiti Et Ses Îles et le Pacifique Sud continue à se développer avec les illustrations de la faune et de la flore notamment à travers la première carte des îles du Pacifique que le capitaine James Cook rapporte. Dans les années 1800, l’arrivée des baleiniers, des missionnaires britanniques et des expéditions militaires français change la vie sur Tahiti pour toujours, provoquant une rivalité franco-britannique pour le contrôle des îles.

La dynastie Pomare a régné sur Tahiti jusqu’en 1880, date à laquelle King Pomare V a dû céder Tahiti et la plupart de ses dépendances à la France. En 1958, toutes les îles de Tahiti ont été rassemblées en Territoire d’Outre-Mer français et renommées « Polynésie française ». En 2004, la Polynésie française est devenue un Pays d’Outre-Mer au sein de la République française détenant ses institutions dont les missions sont d’orienter les politiques commerciales et d’investissement au service des Polynésiens.

  • La culture polynésienne prend racine dans les origines mythiques des grands explorateurs des mers qui se seraient installés dans les îles, il y a plus de 3000 ans.

    Notre culture a été transmise de génération en génération, autour de la pratique sacrée de la transmission orale qui a permis à la culture polynésienne de vivre à travers les siècles. Souvent, nos histoires étaient au bord de l’extinction, à chaque fois, elles ont su se relancer et se renouveler renforçant leur puissance. Selon cette tradition séculaire, les chanteurs d’aujourd’hui interprètent les magnifiques accents de ces chansons sacrées ou laïques, alors que leurs échos se confondent aux murmures réguliers de l’océan s’échouant sur le récif corallien. C’est dans cette tradition que les danseurs trouvent l’inspiration pour leur chorégraphie extravagante. Cette tradition inspire également les passionnés de va’a (pirogue traditionnelle) qui ont su préserver et redécouvrir l’art de construire et de naviguer l’océan et les lagons à bord de ces embarcations mythiques.

    De la tradition vient également l’art de la percussion joué par le grand et profond pahu et du  to’ere bruyant et fantastique ; l’art des tatouages ​​magnifiques et complexes ; ainsi que l’art de la sculpture sur bois des Îles Marquises. Les descendants des Grand Tiki, ces statues de pierre encore debout, dominent toujours les marae, ces temples sacrés nichés au fond des vallées secrètes.

    Dans les généreuses îles polynésiennes, tous les talents se marient avec les splendeurs de la natures afin de transformer l’artisanat en expression de l’art et du raffinement polynésien.

  • « ‘IA ORA NA », « MAEVA » et « MANAVA », voici les trois mots avec lesquels les Polynésiens accueillent les visiteurs et leurs invités.

    Fiers de leurs îles, les Polynésiens sont heureux de partager leur joie de vivre naturelle. Ils expriment cette joie dans leur danse, la musique d’origines diverses, les chants polyphoniques d’un groupe de musique religieuse et sacrée ou encore, au rythme des percussion des instruments traditionnels comme le pahu et le to’ere. Les guitares ou les ‘ukulele animent également les orchestres locaux. Les Polynésiens expriment également leur joie à travers leurs loisirs et leurs activités préférés tels que la pêche, le surf et la navigation traditionnelle, ou à travers le va’a, le sport emblématique des archipels.

  • La beauté de Tahiti Et Ses Îles et de ses habitants a longtemps captivé les visiteurs qui sont restés vivre dans nos terre.

    Bougainville (1768) écrivait que « le caractère de la nation nous a paru doux et bienfaisant. Il ne semble pas qu’il y ait dans l’île aucune guerre civile, aucune haine particulière, quoique le pays soit divisé en petits cantons qui ont chacun leur seigneur indépendant. Nous sommes convaincus que les Tahitiens ont une bonne opinion les uns envers les autres et qu’ils ne la remettent pas en question. Que ce soit chez eux ou non, les maisons sont ouvertes le jour et la nuit. Chaque personne récolte des fruits du premier arbre qu’ils trouvent, l’emmène dans la maison et entre. Il semble que, pour les nécessités de la vie, il n’y a pas de propriété et tout appartient à tous. »

    James Morrison, second maître d’équipage à bord du HMS Bounty (1789) rapportait que : « les jeunes femmes portent leurs cheveux longs, ils tombent dans les vagues jusqu’à leur taille et sont décorés avec des feuilles blanches (hinano), du fara (pandanus) ainsi qu’avec des fleurs parfumées. Elles font également des colliers avec des graines de fara et des fleurs qui sont joliment arrangées. Ce n’est pas seulement très flatteur, c’est aussi un plaisir offert à eux-mêmes ainsi qu’à tous ceux qui sont assis à côté d’eux. Dans l’ensemble, ce sont les plus belles femmes que nous ayons vues dans ces mers… »

  • Le berceau de la civilisation Ma’ohi s’étend sur tout le Triangle Polynésien et ce sont les Îles Marquises qui ont le mieux conservé les coutumes et traditions vivantes de cette culture. Les Tiki, les statues en pierre et les me’ae et paepae, des sites religieux et les lieux sacrés composés de pierres relevées alignées en structures pyramidales se retrouvent dans toutes les îles.

    La renaissance de l’art traditionnel se manifeste dans le développement de l’art du tatouage, première expression ancestrale des valeurs politiques, sociales et religieuses. Aujourd’hui, le tatouage est à la fois une décoration et un ornement pour le corps, où l’esthétique des motifs révèlent des significations ancestrales et originelles.

    La culture se retrouve dans l’expression renouvelée de la danse et des chants polyphoniques tels que le tarava, l’ute et le ru’au qui expriment les profondeurs de l’âme du peuple polynésien.

    Ce mouvement intense s’exprime pleinement à travers de nombreuses manifestations festives dont le grand festival de Heiva i Tahiti en juillet, où des groupes de chanteurs, danseurs, musiciens et acteurs, jusqu’à 150 en tout, se produisent dans le cadre d’un concours de musique, chorégraphie et meilleurs costumes. La poésie retrouve son excellence d’antan à travers les arts oratoires appelés orero avec ses joutes spectaculaires et poétiques. Cette  ancienne tradition orale est souvent accompagnée du son pur du vivo ou de la flûte nasale.

  • Le bungalow sur pilotis est l’incarnation du romantisme, ils ont été créées à Tahiti Et Ses Îles en 1967 et sont devenus le symbole de la quintessence du paradis offert dans le pacifique sud et d’expériences stimulantes. Séjourner dans un bungalow sur pilotis est une expérience « à ne pas manquer ». Lorsque vous séjournez dans un bungalow sur l’eau, vous disposez d’un accès direct aux eaux turquoises du lagon depuis un ponton privé tout en bénéficiant de toutes les commodités et des services d’un hôtel de première classe. Le bungalow sur pilotis est le summum de l’escapade privée.

    Le bungalow sur pilotis a d’abord été conçu et construit par trois propriétaires d’hôtels américains connus sous le nom de « The Bali Hai Boys ». Ils ont tout simplement transféré des bungalows traditionnels en fibres et végétaux naturels, sur des piliers de béton au bord de l’eau. Aujourd’hui, la plupart des chaînes hôtelières de Tahiti Et Ses Îles disposent de luxueux bungalows, suites et villas suspendues au-dessus des lagons calmes et fascinantes.

  • Tout au long de l’histoire de Tahiti Et Ses Îles, de nombreux auteurs, chanteurs, artistes, poètes et yachtsmen ont séjourné ici.

    Ces hommes et ces femmes font partie du patrimoine historique de la Polynésie, et beaucoup ont laissé des traces témoignant de leur vie passée dans les îles. Ils ont été frappés par le charme, l’hospitalité et le mode de vie polynésien. À leur manière, chacun d’entre eux a contribué à promouvoir la renommée de nos îles dans le monde entier.

    • Herman Melville (1819-1891), l’auteur et l’aventurier américain, a été le premier à utiliser les mers du Sud comme cadre à ses récits littéraires dans « Typee » en 1846 et « Omoo » en 1847. Il a passé quelques mois à Tahiti en 1841 à bord d’un baleinier australien et a ensuite séjourné quelques temps à Moorea.
    • Paul Gauguin (1848-1903), peintre français, a commencé à vivre à Tahiti en 1891 pour ensuite déménager à Hiva Oa aux Îles Marquises où il a vécu les deux dernières années de sa vie. Il a vécu de nombreuses mésaventures à Tahiti essayant d’échapper à la civilisation. Gauguin n’était pas toujours bien considéré par les Polynésiens, en particulier les Marquisiens. Cependant, il reste l’un des peintres les plus influents de son siècle. Il est enterré dans le cimetière d’Atuona à Hiva Oa. Le musée Paul Gauguin à Pape’ete, à Tahiti et le Centre culturel Paul Gauguin à Hiva Oa proposent un aperçu assez complet de la vie de cet anti-conformiste, ainsi que les reproductions de certaines de ses œuvres.
    • Pierre Loti (1850-1923), officier de marine et auteur français, a publié un roman autobiographique en 1879 pendant son séjour dans nos îles intitulé « Rarahu, une idylle polynésienne », également connu sous le nom de « Le Mariage de Loti ». Vous pouvez nager dans le Bain Loti à côté d’une statue de l’auteur érigée en 1931. 
    • Robert Louis Stevenson (1850-1894), romancier écossais, a visité nos îles à bord de son yacht, Cosco, lors de son voyage vers le Pacifique en 1888. Il a ensuite écrit « En mer du Sud » en 1891.
    • James Norman Hall (1887-1951), l’auteur américain de « La Mutinerie du Bounty » et « L’Ouragan » (adapté pour l’écran) avec Charles Nordhoff comme co-auteur, a fait de Tahiti son domicile dans les années 1920. Il est mort en 1951 et est enterré à Arue, sur la colline au-dessus de son domicile, à côté de son épouse polynésienne, Lala, décédée en 1985. Vous pouvez visiter la maison dans laquelle il a vécu, maintenant transformée en musée et classée monument historique (commune de Arue).
    • Rupert Brooke (1887-1915), le poète anglais a écrit le célèbre poème « Manea » en 1914 après avoir visité Tahiti. Ce poème classique a aidé à créer une place pour Tahiti dans la littérature anglaise moderne.
    • Alain Gerbault (1893-1941), l’aviateur et héros de la Première Guerre mondiale, champion de tennis et yachtsman en solitaire (il a été le premier Français à terminer un voyage autour du monde en bateau à voile), a vécu pendant six mois à Bora Bora en 1932. Il y est retourné en 1940. Ce fervent défenseur de la Polynésie a écrit huit livres condamnant le colonialisme et la destruction de ces îles paradisiaques. En 1941, Gerbault est mort du paludisme au Timor. En 1947, ses restes ont été rapportés et une plaque commémorative a été érigée en 1951 sur la place de Vaitape à Bora Bora.
    • Marlon Brando (1924-2004), acteur et réalisateur américain, a acheté Tetiaroa après avoir terminé le tournage de «  La Mutinerie du Bounty » en 1961. Il a épousé sa co-star Tarita Teriipaia avec qui il a vécu pendant 10 ans jusqu’en 1972.
    • Bernard Moitessier (1925-1994), le yachtman et auteur français, a vécu pendant une douzaine d’années à Tahiti et aux Îles Tuamotu. Moitessier s’est installé à Ahe avec sa femme et son fils où il s’est consacré à  la culture de fruits et légumes biologiques. Il était également un critique virulent des essais nucléaires dans le Pacifique.
    • Jacques Brel (1929-1978), auteur-compositeur-interprète et acteur belge, s’est retiré avec sa partenaire aux Îles Marquises à la fin d’une carrière réussie à bord de Askoy, son yacht à voile. Affligé par un cancer du poumon, Brel a vécu les trois dernières années de sa vie sur Hiva Oa. En utilisant son avion privé Jojo, Brel a fourni de nombreux services aux insulaires. Il est enterré dans le cimetière d’Atuona. Le petit Centre culturel Jacques Brel sur Hiva Oa raconte la vie du chanteur aux Îles Marquises. Sa chanson, « Les Marquises » décrit le style de vie simple et la force des habitants de « La terre des hommes ».
    • Joe Dassin (1938-1980), le chanteur-compositeur français né en Amérique, est mort à Tahiti. Il a vécu à Taha’a, où il a acheté une villa luxueuse sur la plage entre la pointe Toretorea Point et Tiamahana accessible uniquement en bateau ou à pied. Une plaque au Le Retro, un restaurant et bar situé dans le centre de Pape’ete, commémore sa mort le 20 août 1980 suite à une crise cardiaque.
    • Alain Colas (1943-1978), le yachtman français, a été le premier à effectuer une course solitaire autour du monde dans un multicoque. Il a été perdu en mer en 1978 pendant la course de la Route du Rhum au large des Açores. Il a commencé à vivre à Tahiti dans les années 1970, où il a rencontré une polynésienne, Teura Krause, avec qui il a eu trois enfants.
    • Bobby Holcomb (1947-1991), poète, chanteur, musicien, danseur et peintre, s’installe à Huahine en 1976. Il est mort 14 ans plus tard. Holcomb a été fortement impliqué dans le mouvement de renouveau culturel Ma’ohi aux côtés d’autres célébrités et artistes tels que Henri Hiro et John Mairai. Il est l’un des artistes les plus connus de Tahiti Et Ses Îles. Il est enterré au pied de la montagne sacrée Mou’a Tapu à Huahine.
  • Nos paysages naturels ont inspiré d’importants réalisateurs et producteurs. Les longs métrages en Polynésie sont principalement des adaptations de livres publiés à l’origine, en anglais.

    Voici quelques-uns des films les plus célèbres filmés dans nos îles :

    • Le film « A Ballad of the South Seas » (1912) est tourné à Papara par le frère de Georges Méliès. Malheureusement, plus aucune copie n’est disponible.
    • « Ombres blanches » (1927), cette co-production dans laquelle Robert Flaherty a joué un rôle, a été tournée aux Îles Marquises. Réalisé par W.S. Van Dyke, réalisateur de Trader Horn, Eskimo, le premier Tarzan (Tarzan, l’homme singe), San Francisco et bien d’autres films, ce film muet est considéré comme très poétique et le film exotique le plus accompli de son époque. Plébiscité par les Surréalistes, il est un plaidoyer contre la colonisation à une époque où la Polynésie était considérée comme un paradis perdu.
    • « Taro le païen » (1935), est un film basé sur Taïpi, roman autobiographique de Melville. Réalisé par Richard Thorpe, acteur reconverti en réalisateur, il a été produit par Metro Goldwyn Meyer. Il raconte l’histoire de deux raids qui visent à capturer des humains : le premier vise les femmes de l’île voisine afin de refaire « les stocks » et le second cible des travailleurs à envoyer aux mines de phosphate. Le film est en tahitien sous-titré.
    • La mutinerie de la Bounty a inspiré à trois reprises. En 1935, la production hollywoodienne de Frank Lloyd avec Clark Gable propose une version édulcorée, réalisée rapidement et très approximative quant aux faits. La version la plus connue est celle de 1962 qui a mobilisé plus de 2 000 acteurs, 8 000 extras et représenté un budget de 27 millions de US$, véritable aubaine pour l’économie polynésienne. Après le tournage, Marlon Brando acheta l’atoll de Tetiaroa. En 1984, une version plus modeste revoit l’histoire de la Bounty avec à l’affiche, Mel Gibson et Anthony Hopkins. Filmé à Moorea, il a été réalisé par Roger Donaldson.
    • « Tahiti ou la Joie de Vivre » (1957) est une comédie  de Bernard Borderie avec Georges de Caunes. Un journaliste est envoyé à Tahiti afin de trouver le paradis sur terre.
    • « L’Ambitieuse » (1961) est un film d’Yves Allégret. Il raconte les vicissitudes d’un couple qui s’installe en Polynésie pour faire fortune grâce au phosphate.
    • « La Belle des Îles » est un film britannique dirigé par Ted Kotcheff. Un aventurier vivant à Tahiti retrouve par hasard l’ancien lieutenant qui l’a dénoncé devant la justice. Il décide de se venger en lui menant la vie dure, son adversaire souhaitant se lancer dans le tourisme.  
    • « Tendre voyou » (1966), réalisé par Jean Becker avec Jean-Paul Belmondo, raconte les escapades d’un gigolo.
    • « L’Ouragan » (1979), basé sur le roman James Norman Hall et Charles Nordoff, est tourné à Bora Bora et réalisé pas Dino de Laurentis. C’est un remake du film de 1937 dirigé par John Ford.
    • « Le bourreau des cœurs » (1983), réalisé par Christian Gion, est tourné à Tetiaroa avec Aldo Maccione. Le film rencontre un énorme succès en France avec plus d’1,6 million d’entrées vendues.
    • « Les faussaires » (1994), inspiré du romande Romain Gary, La Tête Coupable, a été réalisé par Frédéric Blum. Le héros est un écrivain qui se rend à Tahiti pour écrire la biographie de Paul Gauguin.
    • « Rendez-vous avec le destin » (1994), produit par Gaumont, est une histoire d’amour et un remake du film de 1939 intitulé « Elle et Lui. » Tourné à Tahiti, il signe la dernière apparence de Katharine Hepburn au cinéma.
    • « Les Perles du Pacifique » (1999) est une série télévisuelle en 13 épisodes sur la vie dans une ferme perlière.
    • « Le Prince du Pacifique » réalisé Alain Corneau et tourné à Huahine en 2000, est interprété par Thierry Lhermitte et  Patrick Timsit.
    • « South Pacific » (2001), est une comédie musicale de Richard Pierce, avec Harry Connick Jr. et Glenn Close.
    • « Thérapie de couples » produit par Universal Studios, a été tourné à Bora Bora en October 2008. Pour un budget de 7 millions, il est le film le plus rentable pour Universal cette année là. Près de 50 journalistes ont été invités à se rendre sur les lieux du tournage.
    • « L’ordre et la morale » réalisé par Matthieu Kassovitz en 2010, a été tourné à Anaa, dans les Îles Tuamotu pour raconter des événements ayant eu lieu à Ouvra en Nouvelle Calédonie. Les faits s’étant déroulés à Nouméa ont été filmés à Papeete.

    Séries télévisées et documentaires

    Tahiti Et Ses Îles sont sélectionnées pour de nombreux documentaires, émissions de télé-réalité, émissions culinaire ou des publicités de marques internationales. Les vagues de Teahupo’o ainsi que les lieux secrets des archipels sont particulièrement appréciés pour les films. Il en est de même pour nos requins et nos baleines qui viennent mettre au monde dans nos eaux de juillet à novembre. La série « Survivor » dont un épisode a été tourné aux Îles Marquises (Nuku Hiva) a permis de faire connaître l’archipel en Amérique du Nord.

    L’Institut de la Communication Audiovisuelle (ICA) propose un répertoire des productions audiovisuelles pour Tahiti Et Ses Îles. Plusieurs vidéos sont disponibles sur www.ica.pf

    Depuis 10 ans, le FIFO (Le Festival International du Film Océanien) diffuse les meilleurs documentaires sur la région. Il se tient chaque année à la Maison de la culture : www.fifo-tahiti.com

  • La théorie maintenant généralement acceptée affirme que les grandes migrations sont parties d’Asie du Sud-Est, il y a trois ou quatre mille ans, conduisant à la colonisation du Pacifique et la naissance des populations polynésiennes.

    En utilisant des pirogues à balancier avec des voiles doubles construites en bois et fibres tressées, ces premiers navigateurs intrépides, grâce à leur connaissance du vent, des courants et des étoiles, ont pu se déplacer vers l’Est, colonisant les archipels du Pacifique comme les îles Cook et Tahiti Et Ses îles de Tahiti entre 500 avant J.-C. et 500 après J.-C.

    Ces grandes expéditions qui ont contribué 1000 après J.-C., à la naissance du « Triangle Polynésien » composé de Hawaï (au Nord), de l’Île de Pâques (à l’Est), des îles de Tahiti (à l’Ouest) et de la Nouvelle-Zélande (au Sud-Ouest). Les différentes langues utilisées dans ces îles, issues de la langue Ma’ohi, témoignent de l’origine commune de ses habitants.

    Un symbole de la culture

    À bord des pirogues massives à double coque appelés tipairua, les Polynésiens ont navigué dans le plus vaste océan de notre Planète en se guidant avec les étoiles, les vents et les courants créant de nouvelles civilisations dans leur sillage. Aujourd’hui, la pirogue continue de jouer un rôle important dans la vie quotidienne de Tahiti Et Ses Îles, honorée à l’occasion de nombreuses courses et de festivals colorés. Des siècles avant que les Européens aient conclu que la Terre était ronde, les Polynésiens avaient dominé la vaste étendue bleue du Pacifique.

    La Hawaiki Nui Va’a est est la plus grande et la plus longue course internationale de rame du Pacifique couvrant plus de 119 km. La course est organisée en trois étapes : la 1ère relie Huahine à Raiatea, le 2ème relie Raiatea à Taha’a et la dernière relie Taha’a à Bora Bora. Le début et la fin de cette course sont célébrés par un grand festival culinaire traditionnel accompagné de musique tahitienne.

     

  • Au 16ème siècle, Magellan puis Mendana ont atteint respectivement les Îles Tuamotu et Îles Marquises. Cependant, c’est l’anglais Samuel Wallis qui a découvert Tahiti en 1767. L’année suivante, le Français Antoine de Bougainville a baptisé cette île, la « nouvelle Cythère » Un an plus tard, les îles de Tahiti ont été divisées en plusieurs chefferies et royaumes alors que la cosmogonie polynésienne respectait des divinités différentes. Peu à peu, les missionnaires protestants et catholiques ont prêché l’évangile dans les îles. En 1797, avec l’aide des Européens, les chefs ont réussi à établir leur suprématie et ont créé la « dynastie Pomare ».

    Au XIXe siècle, Tahiti Et Ses Îles sont devenues le théâtre d’une rivalité franco-britannique à la fois religieuse, commerciale et stratégique. En 1842, le Protectorat français a finalement été signé par la Reine Pomare IV (sur Tahiti et Moorea). En 1880, Pomare V, dernier roi de Tahiti, accepte l’annexation à l’empire français.

    Les années 1960 ont marqué un tournant pour Tahiti Et Ses Îles, propulsant la région dans les temps modernes. La création du CEP (Centre d’Expérimentation du Pacifique) en 1963 attire un afflux d’habitants à Tahiti, entraînant une croissance rapide de l’économie locale.

    Chronologie de l’histoire des îles de Tahiti

    De 3000 à 4 000 avant J.-C. : Les vagues de colons provenant d’Asie du Sud-Est arrivent dans le Pacifique Sud.

    III – VI siècle : Premières colonies aux Îles Marquises.

    De 850 à 1000 : Colonisation des îles du vent, de Hawaï, des îles Cook, de l’île de Pâques et de la Nouvelle-Zélande depuis les Îles Marquises.

    1521 : Magellan découvre une partie des Îles Tuamotu.

    1595 : Alvero de Mendena découvre les Îles Marquises.

    1767 : Wallis arrive à Tahiti.

    1768 : Bougainville baptise Tahiti, « la Nouvelle Cythère ».

    1773 : Deuxième voyage de Cook à Tahiti.

    1774 : Cook emmène un Tahitien, Pa’i avec lui de retour en Europe.

    1777 : Dernier voyage de Cook en Polynésie.

    1788-1791 : Mutinerie à bord du HM Bounty.

    1793 : Début de la dynastie Pomare.

    1797 : Arrivée des premiers missionnaires de la « London Missionary Society ».

    1797 : Création de la dynastie Pomare.

    1815 : Les chefs polynésiens perdent la bataille de Fei Pi. Pomare II est converti au christianisme.

    1819 : Pomare II crée le code Pomare.

    1836 : Les protestants anglais réussissent à expulser les missionnaires français.

    1841 : Depetit Thouar proclame le Protectorat français à Tahiti.

    1844-1847 : Guerre franco-tahitienne.

    1847 : Pomare IV accepte le Protectorat de France.

    1914-1918 / 1939-1945 : De nombreux insulaires assistent les troupes françaises pendant les deux guerres mondiales.

    1958 : L’EFO (Établissements français en Océanie) devient la Polynésie française.